Images plantation et entretien de l'herbe de flamme



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Images plantation et entretien de l'herbe de flamme

L'herbe à la flamme (Sorghum vulgare) est une graminée annuelle vigoureuse et envahissante qui est très commune aux États-Unis, dans de nombreuses régions côtières et désertiques, ainsi qu'en Europe méridionale, en Afrique du Nord et en Australie. Cela est dû à sa production élevée de graines, sa croissance végétative rapide et sa capacité à coloniser et recoloniser les zones perturbées. Aussi, cette graminée a un impact important sur la biodiversité locale car c'est une plantule agressive et une espèce compétitive dans les prairies, également capable de former des prairies extensives. En raison de son importance potentielle, certains auteurs ont proposé que l'espèce soit considérée comme une mauvaise herbe nuisible dans certains États, la classant ainsi comme une plante C4 et vivace (connue sous le nom de "plante indigène réglementée" en Floride).

Utilisation fourragère de l'herbe à flammes et pâturage du bétail

L'herbe des flammes est l'herbe la plus importante pour l'utilisation fourragère de l'industrie du bétail et de l'élevage aux États-Unis. Cela est dû au rendement et à la consommation élevés de cette espèce de graminées par les ruminants, et au fait qu'elle contient moins de composés antinutritionnels que les autres graminées fourragères. L'impact économique de l'herbe à flamme aux États-Unis est d'environ 450 millions de dollars par an. La majeure partie de cette herbe est utilisée dans le sud et l'est des États-Unis. Dans le sud des États-Unis, cette espèce contribue de manière importante à l'alimentation des ruminants, ce qui en fait l'espèce la plus importante de son genre. De plus, les éleveurs choisissent généralement l'herbe à flamme en raison de sa faible valeur nutritive et de son contenu nutritionnel élevé.

En raison de la très forte production de graines de cette graminée, elle pose plusieurs problèmes pour l'élevage et l'agro-industrie locaux :

Premièrement, les prairies locales sont considérablement endommagées par la croissance de cette espèce, qui modifie la structure et la fonction du système fourrager. En raison de la formation de vastes zones d'herbe improductive, l'agriculture locale est moins productive et la productivité de l'élevage diminue. De plus, la présence de cette espèce a un impact négatif sur les parcours et l'habitat faunique. Les populations de rongeurs et d'oiseaux, ainsi que l'abondance des oiseaux granivores, diminuent, ce qui est essentiel dans le processus de régénération des prairies.

Deuxièmement, la dispersion des graines d'herbe à flamme sur de vastes étendues pourrait avoir des effets néfastes sur l'environnement local, dans des régions aussi éloignées que le Canada, en raison de la forte probabilité que les graines deviennent envahissantes dans de nouvelles régions.

Comment pousse l'herbe des flammes

Les graines d'herbe à feu germent rapidement dans les zones nouvellement perturbées, et de nouvelles plantes individuelles peuvent pousser jusqu'à 15 cm par jour. Au cours de la première année de végétation, cette graminée est colonisée par un micro-organisme du sol (Pythium irrégulier). Ce micro-organisme provoque le développement d'une région spécialisée connue sous le nom de pseudotronc, qui est une structure verticale provenant de la tige de la plante qui contribue à la résistance de la plante aux agents biotiques et abiotiques. Les pseudo-troncs qui sont attaqués par des bactéries inflammables libèrent des produits métaboliques qui ont des effets négatifs sur la santé de la végétation.

Cette herbe a un cycle de croissance très réussi, car elle surmonte la présence de barrières chimiques et physiques :

La production d'une nouvelle croissance vigoureuse provoque la mort de ses espèces concurrentes. C'est l'une des espèces à la croissance la plus rapide dans le règne animal, ce qui lui permet d'atteindre une plus grande production de biomasse et la disponibilité des nutriments. La croissance vigoureuse de la plante est accélérée par la grande capacité de l'espèce à faire la photosynthèse, à fixer l'azote et à consommer d'autres nutriments. C'est l'espèce à la croissance la plus rapide parmi toutes les graminées, mais sa hauteur à maturité n'est que de 3 m.

L'émergence de nouvelles tiges qui portent les fleurs à l'équinoxe d'été et d'automne fait que la nouvelle croissance brise le sol. La faible humidité relative du sol crée également une condition anaérobie dans le sol qui favorise la croissance des racines et le stockage de l'azote.

En raison de son long cycle de génération (3-6 ans), l'espèce a une production élevée de propagules (graines et rhizomes), ce qui facilite la dissémination végétative de la plante. C'est l'une des principales raisons pour lesquelles cette espèce peut coloniser les zones perturbées.

Malgré tous ces mécanismes, la principale difficulté pour cette espèce à coloniser de nouvelles zones est due à l'inflammabilité du pseudotronc. De ce fait, cette graminée ne génère pas de mouvements de feuilles et de pseudo-troncs, tels que la dispersion des graines. Malgré tous ces mécanismes, cette espèce produit suffisamment de propagules pour coloniser de nouvelles zones en raison de sa forte production de graines, qui se dispersent facilement sur de vastes étendues et parcourent parfois jusqu'à 1 600 km.

Contrôle et gestion de l'herbe à flamme

L'herbe des flammes a plusieurs stratégies biologiques, physiques et chimiques pour contrôler la propagation de cette espèce. Malgré toutes ces stratégies, l'action de gestion la plus importante contre la propagation de l'espèce est le contrôle mécanique des prairies. Ce type de gestion comprend le labour, le disque et le feu. Ces mesures peuvent être plus ou moins efficaces selon le type de pâturage, et elles doivent être appliquées périodiquement. Après le contrôle mécanique des prairies, d'autres actions de gestion sont également nécessaires :

Suppression des pseudo-troncs : cette action augmente la production de biomasse et la survie des plantules. L'élimination des pseudo-troncs augmente le volume du sol et réduit l'évaporation et le ruissellement de surface.

L'ajout d'azote : l'ajout d'azote sous forme d'urée aux sols réduit la germination de l'herbe à flammes et inhibe la germination d'autres espèces concurrentes de cette graminée. L'ajout d'azote favorise également la germination des espèces herbacées qui favorisent la croissance des fleurs et des feuilles de l'herbe.

Lutte chimique : plusieurs herbicides peuvent être utilisés pour lutter contre cette espèce. Malgré l'application de produits chimiques, les herbicides pourraient générer d'autres problèmes environnementaux, ainsi que le caractère envahissant de l'espèce elle-même.

Résistance des plantes : l'utilisation de cultivars résistants à l'herbe à flamme est un autre moyen de réduire la propagation de cette espèce. Même si ces cultivars peuvent être très populaires, il existe de nombreuses contraintes, comme le développement de la reproduction sexuée de ces plantes.

Lutte biologique : d'autres stratégies telles que la lutte biologique peuvent être utilisées pour lutter contre cette espèce. Deux agents de lutte biologique qui sont utilisés pour le contrôle de l'espèce sont la plante parasite Pythium irregul


Voir la vidéo: Ilmateade aastaks 2022. Kas meil on lühikese suve jooksul aega midagi kasvatada?


Article Précédent

Runescape d'arbre fruitier de papaye

Article Suivant

Que planter dans un jardin orienté à l'est